A la découverte de Mas Amiel

Nov 30, 2011 No Comments by

Lundi dernier, après la clôture du Salon des Vignerons Indépendants de Lille, nous recevions le domaine Mas Amiel situé dans les Pyrénées Orientales.

En voici donc un rapide compte rendu car je suis à la bourre et encore beaucoup d’articles à écrire.

Fabrice Benoit nous raconte que l’histoire de Mas Amiel commence par un pari perdu : en 1816, un évêque joue aux cartes quelques dizaines d’hectares de vignes et les perd face à… Raymond Amiel. L’histoire peut commencer. Il n’empêche que vous imaginez un évêque à une table de jeu ? Moi, non. Un peu (beaucoup) plus et on était dans Borgia à Mas Amiel…

Olivier Decelle, alors PDG des surgelés Picard, rachète la propriété en 1999 et change de métier 2 ans plus tard pour se consacrer entièrement à Mas Amiel. Il révolutionne le domaine en y développant notamment l’aspect marketing : il est impossible aujourd’hui de ne pas voir les bouteilles et cartons de Mas Amiel sur les chariots des consommateurs dans les différents salons viticoles ou tout simplement de ne pas avoir l’oeil attiré chez votre caviste préféré.

Aujourd’hui, des vins secs sont cultivés sur les 170 Ha dominés par la citadelle cathare de Quéribus avec les traditionnels vins doux naturels qui font la renommée de Mas Amiel. qui est dirigé en famille puisque l’épouse d’Olivier Decelle, Anne, est en charge du marketing et de la communication et on aperçoit Romain, leur fils ainé, sur les salons.

A noter également que Olivier Decelle possède des domaines en Bordeaux : Château Jean Faure en Saint Emillion Grand Cru qui bénéficie d’une importante publicité actuellement et le Château Haut Maurac en Médoc et Haut Ballet en Fronsac.

 

Nous avons dégusté 5 vins :

– Altaïr, Cotes du Roussillon, blanc sec, 2008 : élaboré à partir des cépages (types de raisin) grenache blanc, gris et macabeau, les arômes floraux nettement marqués par l’eucalyptus et le miel laissent la place à une bouche très fraiche et une finale iodée. S’accorderait parfaitement avec du poisson ou un plateau de fruits de mer.

– Notre terre, Cotes du Roussillon, rouge, 2008 : majorité de grenache puis syrah et carignan. Joli nez de fruits rouges, bouche sur le fruit mur et les épices. Gourmand.

– Mas Amiel Vintage (blanc), vin doux naturel : vin marqué par une belle fraicheur et vivacité sur des notes de fruits confits et miel d’acacia. Servir frais.

– Mas Amiel Vintage (rouge), vin doux naturel : vin doux naturel élaboré uniquement à partir de la grenache noir. Les vignes ont 100 ans. Robe grenat, notes confites. La ressemblance avec un porto vient à l’esprit de tout le monde. L’accord mets-vin sans prise de risque avec le chocolat est réussi. Excellent, tout comme le rapport qualité prix : 15€ !

– Mas Amiel Prestige 15 ans d’âge, vin doux naturel oxydatif : robe bordeaux (la couleur, pas le vin), brun aux reflets cuivrés. Le nez est boisé, miel, figues. La bouche est puissante et soyeuse sur la figue, longue finale sur l’orange confite. Sublime !

 

Une soirée avec...
No Responses to “A la découverte de Mas Amiel”

Leave a Reply