Garrus, une autre idée du Rosé…

Sep 09, 2013 No Comments by

Ce matin, les derniers vacanciers se sont résignés à rentrer, le soleil dans la tête et la pluie devant les yeux.

Pour vous tous, que vous rentriez ce matin ou ayant repris depuis début août, pour ne plus penser au nouveau-cartable-d’Arthur-dont-une-roulette-est-déjà-cassée, à la jolie lettre du Trésor Public que vous avez fait semblant d’oublier sur le buffet de l’entrée ou encore à votre nouveau colloc qui n’a pas l’air de trouver anormal d’avoir 15 jours de vaisselle en retard, Les Tribulations de Syl’Vin vous font revivre ce bel été ensoleillé en plusieurs épisodes ! Le retour des vacances, c’est maintenant.

1er épisode à l’équation infaillible : été = rosé

Ecouter chanter des cigales dans un nuage de lavande est fortement recommandé pour la lecture de ce billet.

Mi-juin lors de la dégustation en aveugle des rosés estivaux, où j’ai mis quelques a priori de coté, j’avais choisi de terminer la dégustation par un rosé atypique, Garrus, dont on m’avait dit le plus grand bien.

Après une trentaine de rosés et alors que l’attention et la concentration des co-dégustateurs commençaient à décliner, il est arrivé. Tel Zorro, il signa son nom. A la pointe de l’épée ? On peut se le demander car le silence fut instantané et les langues coupées. Sourcils froncés (« ouhlà ça change du reste »), moue perplexe (« c’est vraiment un rosé ?! »), sourires béats (« pfiou qu’est ce que c’est bon cette quille ! »)… toutes les expressions du visage y sont passées.

Vin superbe ! Mon mauvais esprit dirait que ce n’est pas du rosé. Notes florales au nez avec une pointe de fruits à noyaux. La bouche est très chardonnay, sans lourdeur, d’une longueur infinie et d’un grand équilibre… sublime ! On se croirait sur un grand Bourgogne avec en plus le coté soyeux et enveloppant de la rolle (cépage composant cette cuvée avec la grenache). Tout le monde est bluffé, la bouteille est sifflée et chacun savoure ce rosé exceptionnel. Feu d’artifice pour conclure cette dégustation. J’attendais depuis longtemps d’avoir une vraie grande émotion avec un rosé, ceux là m’avaient intéressés, celui ci me procure un grand moment de plaisir !

Garrus, le rosé le plus cher du mondeGarrus, une autre idée du Rosé.

Je ne connaissais pas ce vin. Renseignements pris, il est effectivement très atypique. La cuvée Garrus du Château d’Esclans de Sacha Lichine, est récoltée à la main en petites cagetttes. Vieilli en fût de chêne, ce rosé qui rappelle à Olivier Poussier, meilleur sommelier du monde 2000, des grands blancs de la Côte de Beaune bourguignonne, est assurément un rosé de gastronomie et de garde. Atypique également par son prix… 80€ chez certains cavistes, Garrus est le rosé le plus cher du monde !!

Il y a la Champagne et depuis quelques années, l’autre Champagne incarnée par les Selosse, Boulard, Tarlant ou encore Colin. On pourrait donc dire aussi qu’il y a maintenant les Rosés et les autres Rosés. Garrus trône assurément au sommet de ces derniers.

Ce blog vient de sortir de sa torpeur estivale (oui l’été dure plusieurs mois chez moi) et revient avec un programme survitaminé ! On n’a pas Antoine de Caunes mais de nouvelles chroniques, des séries, des portraits et des questions existentielles…

In Vino Veritas,

Syl’Vin

Photos : D.R.

Une soirée avec...
No Responses to “Garrus, une autre idée du Rosé…”

Leave a Reply