Quel caviste choisir ou comment réussir vos cadeaux de Noël ?

Déc 09, 2013 2 Comments by

L’offre de vin en France est tout simplement pléthorique et les possibilités pour acheter une bouteille de vin – avec plus ou moins de succès d’ailleurs – sont vastes. De l’épicier du coin de la rue, au petit caviste indépendant bio dont votre voisine bobo vous a dit le plus grand bien, aux spécialistes chainés qui vous rassurent quand vous n’avez aucune idée ou enfin à votre supermarché préféré qui est bien pratique… Dur de s’y retrouver ! Et surtout de trouver la pépite qui convienne à vos envies.

C’est Noël et vous vous dites que plutôt qu’une cravate, une boîte de chocolat ou le livre de l’année de l’Equipe, vous allez offrir cette année une belle (belle n’est pas égale à chère je le précise) bouteille à votre père/grand-père/beau-frère/beau-père/autres (rayer la mention inutile, et si autres, merci de préciser).

L’équipe des Tribulations de Syl’vin, dans sa grande mansuétude et face à votre embarras a décider de vous aider dans votre quête. C’est donc parti, dans une accroche digne d’Enquête Exclusive : « Arnaques, Conseils en bois… Le marché du vin dans tous ces états ! »

Pour commencer, vous avez raté le Salon des Vignerons Indépendants et n’avez pas pu craquer sur les petites merveilles recommandées par Sylvain la semaine dernière (ou déjà bu tout ce que vous avez acheté, c’était le risque en achetant les bouteilles un mois avant Noël). Vous pouvez toujours vous rendre sur les sites internet de ces derniers, tenter de trouver un distributeur à l’angle de votre rue ou passer une commande directe. C’est également valable pour les vins sur lesquels vous avez craqué ce week-end au Grand Tasting et avec lesquels vous êtes sûrs de bluffer votre père : « Et maintenant, c’est qui le papa ? ».

Des classiques (mais non moins merveilleux) champagnes Krug (mention spéciale pour le Non Millésimé pour lequel vous devrez compter une centaine d’euros voire près de deux centaines pour les Millésimés), Deutz, Pol Roger ou Charles Heidsieck (d’une trentaine d’euros pour leurs non millésimés à 150€ pour leurs cuvées les plus prestigieuses aux prénoms anglais – dans l’ordre William, Winston ou Charlie) à nouveau très bien dégustés à la superbe dégustation Figaro Champagne chez Artcurial, aux surprenants provençaux Pibarnon (98 et 2001 sont superbes à boire et constituent un rapport qualité-prix imbattables) et Terre Brune (2003), en passant du Nord au Sud par la Bourgogne (quelques merveilles de chez Vincent Girardin ou Nicolas Rossignol par exemple) et le Rhône (La Chapelle 2007 de Jaboulet, ça en jette quand même). Classiques que vous êtes, vous préférez aller plus à l’Ouest dans le Bordelais, et bien vous êtes dans votre bon droit (tentez par exemple Château La Marzelle 2007 pour un plaisir immédiat ou un Château Corbin-Despagne 2010 si c’est à boire dans quelques années).

Masterclass Krug au Grand TastingMasterclass Krug au Grand Tasting : Grande Cuvée, les millésimes 2000 et 1998 et le Rosé !

Le problème, c’est vrai, c’est qu’au GT, on déguste mais on n’achète pas… Alors « où retrouver toutes ces merveilles » ?

Fan de Bordeaux ? Foncez à la Bordeauxthèque des Galeries Lafayette ! Au moment où votre copine vous dit « waaaah j’adoooore ce sac, et t’as vu aussi celui-là ». Stop, reprenez vos esprits, c’est à ce moment précis, celui où elle se rue quelques mètres plus loin que vous foncez dans les escalators. Il vous suffit alors d’envoyer un texto disant « Je t’ai perdue de vue, je fais un tour de mon côté, on se rejoint dans 15 minutes », et c’est gagné !. Vous trouverez alors à peu près tous les grands Bordeaux existants dans tous les millésimes et tous les formats possibles. Certes tous les plus grands sont là – et vous n’aurez d’ailleurs sûrement pas les moyens de vous les offrir… – mais également de nombreux seconds vins et crus classés accessibles.

Bordeauxthèque Galeries LafayetteLa Bordeauxthèque des Galeries Lafayette avec sa célèbre rotonde consacrée aux 1ers Grands Crus Classés de Bordeaux…

Vous trouvez cet endroit surfait ? Du genre « c’est bon pour les japonais et les américains, on se croirait dans un musée »… Un peu dur, mais vous pouvez prendre la tangente (au sens propre du terme) et filer chez Lavinia ou leur sélection de pépites à moins de 10€ côtoie les plus grands vins de toutes les régions. Le conseil est excellent et ils sauront vraiment vous aiguiller en fonction de vos envies et de votre budget. Par exemple, si votre belle-mère est faaaaaan de Chablis, jetez votre dévolu sur celui de Thomas Pico, elle se régalera et ça montera à beau-papa que vous êtes un mec qui en a (comptez une quinzaine d’euros pour ce Chablis bio d’une grande finesse) !

« Pfff Lavinia, c’est pas mal, mais moi je vis rive gauche et à part pour aller voir les matchs du PSG, c’est rare que j’aille rive droite. Et puis au moment de Noël, j’ai toujours vu mon grand-père puis mon père aller chez Nicolas faire leurs emplettes… Du coup je ne sais trop ce que je dois faire… » Et bien dans ce cas précis, rendez-vous à Odéon, et vous avez trois options. La première si vous marchez quelques minutes est de vous rendre au Quinze Vins, caviste de l’année de la RVF, où vous pourrez même passer une très bonne soirée, déguster quelques breuvages et repartir avec vos flacons. Le choix des plus grands avec l’esprit d’indépendant du caviste du coin de votre rue ! La deuxième, la Maison du Whisky, sera le paradis du buveur de Rhum, Whisky, Vodka, Cognac ou tout alcool fin possible et imaginable. Coup de cœur pour la Vodka polonaise Gorzka (on ne se refait pas), où pour 15€ vous allez sérieusement dérider cette vieille tante en bout de table au moment du digestif du 25.

« Non non non, moi je veux du vin, de la Vodka et puis quoi encore ? Le Whisky tout ça,  j’y connais rien et j’ai pas envie d’en offrir, en plus t’avais parlé d’une troisième option. » Ah oui, c’est vrai, vous voulez reproduire le schéma familial, bla bla bla, alors vous n’avez pas le choix… C’est au Nicolas de la Rue de Buci que vous devez vous rendre. Cette boutique tout en bois, une des plus anciennes de Paris, a tout le charme d’un caviste indépendant avec la patte Nicolas. Tenez, pourquoi pas craquer pour un Champagne Lanson Extra Age par exemple.

« Non mais les gars, on lit pas les Tribulations de Syl’vin pour qu’on nous conseille Nicolas, on recherche l’exceptionnel, le malin, le petit conseil qui va bien quoi ! Oh, c’est Noël, réveillez-vous ! » Bien, vous voulez du majestueux, de la magie de Noël, alors allez à « l’anti-Nicolas ». Rien de péjoratif là-dedans, un simple parti-pris complètement opposé à celui normé et markété de Nicolas. Rendez-vous aux toutes fraîches Caves de Taillevent au 228 rue du Faubourg Saint Honoré. Ce célèbre 2 étoiles Michelin a ouvert une cave qui offre au client une expérience nouvelle : une invitation au voyage dans la viticulture française, à la découverte, à la discussion avec les conseillers. Ici, aucun balisage merchandising, de simples rangements en bois bruts et des prix affichés en toute discrétion. C’est simple, c’est brut, c’est épuré et ça donne franchement envie de plonger dedans. De 8 à plusieurs centaines d’euros, il y en a pour tous les goûts (et pour toutes les bourses) pour qui veut bien prendre le temps de se plonger dans cette sélection pointue, et finalement accessible. Ils ont notamment une marque Taillevent mettant à l’honneur une sélection de viticulteurs à des prix accessibles (le Chablis 2010 du Domaine Grossot pour Taillevent est une jolie expression de ce qu’est un Chablis réussi). La deuxième pièce rassemble les plus grands trésors de la viticulture française, et rien que ça, ça mérite le détour… C’est aussi ça le charme de Noël… Et si en sortant cette offre alléchante vous a mis l’eau à la bouche, traversez la rue pour entrer aux 110 de Taillevent, l’un des plus chics bars à vin de la capitale.

Les Caves Taillevent

Les Caves de Taillevent, 228 rue du Faubourg Saint Honoré.

Les caves de Taillevent

« Pfiou je suis paumé moi, tout ça ça m’a l’air très bien, mais peut-être que ça manque un peu de simplicité… C’est juste un petit cadeau pour mon oncle que je cherche. » Une dernière chose, la France compte environ 4000 cavistes indépendants, il y en a forcément un près de chez vous qui saura vous satisfaire. Il suffit parfois de pousser la porte et d’exprimer avec des mots très simples vos attentes, seulement prendre quelques instants pour échanger, quelque soit votre niveau de connaissances sur le vin. C’est aussi pour cela que ces professionnels sont là, partager leur passion aux plus novices… L’achat de vin peut être une expérience très simple, laissez-vous guider et osez dire ce que vous ressentez, ce que vous aimez, avec vos mots, il n’y a pas de vérité absolue !

LTDS Jaboulet NoëlLe père Noël est déjà passé chez Jaboulet ! On aimerait avoir les mêmes cadeaux au pied du sapin le 25… à bon entendeur 😉 !

Photo prise sur la page Facebook de Jaboulet.

Joyeux Noël !

Etienne

Crédits photos : DR.

Les tribulations de mes amis

2 Responses to “Quel caviste choisir ou comment réussir vos cadeaux de Noël ?”

  1. David says:

    Petites remarques sur les champagnes:
    – Je serais preneur pour l’adresse qui vend Krug 2000 à “une centaine d’euros”, car je ne l’ai jamais vu en-dessous de 180
    – une erreur s’est glissée dans la liste des belles cuvées de prestige: l’ordre est William, Winston, Charlie, non pas William, Charlie, Winston.
    – d’ailleurs, le dernier millésime de “Charlie” avant remodelage de la gamme est si je ne m’abuse le 85 (commence à faire vieux! Là aussi, si t’as une adresse de caviste qui en a encore, je suis preneur!). La cuvée de prestige actuelle (au demeurant excellente) est le “Blanc des Millénaires”

  2. Etienne says:

    Bonjour David,

    Merci d’avoir lu avec tant d’assiduité l’article !

    Tes trois points sont justes. Cela dit, notre volonté est avant tout de partager notre passion de vin, de façon simple et le plus spontanément possible (tout en gardant un fond de qualité, raison pour laquelle tes commentaires sont appréciés).
    Ce ton, tu le retrouves dans cet article, et effectivement tu ne trouveras certainement pas de Krug 2000 précisément à 100€ mais plutôt à 160€/170€ (l’actuelle côte Idealwine).
    Petite coquille en effet sur Winston et Charlie, et tu dis à nouveau vrai sur le dernier point, mais tu auras compris que ce choix a été fait pour l’astuce !

    Cela étant dit j’espère que tu continueras à lire les prochains articles avec la même curiosité et la même assiduité, et j’espère que tu apprécies notre ton décomplexé et je crois différent de celui d’autres blogueurs.

    Merci,
    Etienne

Leave a Reply